À la Une

UN GARÇON SUR LE PAS DE LA PORTE un roman d’Anne Tyler

J’ai lu Un garçon sur le pas de la porte (titre original : Redhead by the Side of the Road) d’Anne Tyler, la romancière américaine, grâce à mon professeur d’anglais qui me l’a fait découvrir. Le roman est traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Cyrielle Ayakatsikas. Auteure de nombreux romans, Anne Tyler, récompensée par le Prix Pulitzer, finaliste du Booker Prize, est une écrivaine majeure de la littérature américaine.

Micah Mortimer, le personnage principal du roman, est un homme d’une quarantaine d’années qui mène une vie très routinière et que certains pourraient qualifier de « loser ». Malgré des études en informatique à l’université et des ambitions légitimes quand il était jeune, sa situation professionnelle est sans éclat. Il est le patron et seul salarié d’une petite entreprise de dépannage informatique « TECHNO CRACK » qu’il a créée. En même temps, suite à un arrangement avec un client, propriétaire d’une petite résidence, il assure le gardiennage de la résidence et y est logé gracieusement.

Sur le plan personnel, Micah a une relation avec Cassia Slade, une institutrice, avec qui il se sent bien. Mais ils ne vivent pas ensemble car les expériences passées de Micah l’ont convaincu que la vie à deux était trop compliquée.

Micah est un homme simple et honnête qui ne se paie pas de mots. En raison de son activité professionnelle, il a l’habitude des contacts humains (il doit échanger avec ses clients pour comprendre leurs problèmes, leurs besoins,…) et a appris à avoir le comportement adapté. Mais, d’un caractère direct, la complexité des relations humaines le laisse parfois perplexe.

Il semble s’être installé dans une sorte de renoncement : renoncement à rechercher une situation professionnelle mieux en rapport avec ses capacités, renoncement à s’engager avec Cassia dans une vie de couple avec, pourquoi pas, des enfants.

Un évènement imprévu va bouleverser sa vie bien ordonnée et l’amener à s’interroger sur lui-même, ses choix et à se remettre en question.

En rentrant de son immuable jogging matinal, il va trouver devant chez lui, un jeune homme, Brink, qui l’attend et lui dit être le fils de Lorna, une ancienne girlfriend lorsqu’il était étudiant. Un peu surpris mais bienveillant, Micah, va l’inviter à boire un café, pour comprendre le pourquoi de cette singulière visite.

En fait, le roman, raconte les soucis et joies partagés par les gens ordinaires, et même, par tout le monde : les incompréhensions au sein du couple, l’éducation des enfants, l’entrée difficile des jeunes gens dans le monde adulte, la vie de famille, faire des choix pour diriger sa vie…

Anne Tyler raconte ce monde familier et banal, avec beaucoup de finesse et un art consommé de l’écriture. Un grand nombre de détails recréent les impressions, les émotions de la vie et apportent de la profondeur au récit. L’originalité du roman réside dans la simplicité et la proximité des personnages. Ils n’avancent pas masqués et ne prétendent pas être ce qu’ils ne sont pas. C’est rafraîchissant.