LE TESTAMENT FRANCAIS un roman d’Andreï Makine

Le testament français est un roman  d’Andreï Makine, paru en 1995. Il a été récompensé par trois prix littéraires: le prix Goncourt, le prix Goncourt  des lycéens et le prix Médicis. Andreï Makine a été admis à l’Académie française, en 2016. Russe, né en Sibérie, il est un écrivain de langue française. Dès l’âge de quatre ans, il devient bilingue grâce à une vieille dame française qui s’occupe de lui (Wikipédia). Il a été naturalisé français en 1996.

Le Testament français, roman d’inspiration autobiographique, raconte la puissance de l’imaginaire d’un jeune russe qui en écoutant les récits de sa grand-mère française, s’est inventé une nation d’adoption, la France. Chaque été, avec sa sœur, le jeune narrateur va passer ses vacances chez sa grand-mère, dans une ville à la bordure des steppes. Chaque été, le même cérémonial se répète, leur grand-mère, cette femme à la fois cultivée et très humaine, leur raconte des épisodes anciens de la vie en France, au début du siècle, quand elle était toute jeune.  Ses récits, la lecture de poèmes, d’articles de presse, la vue de photos font découvrir à l’enfant, grâce à l’intensité et à la vivacité de son imagination, un pays fabuleux, fantasmé, tellement différent de celui dans lequel il vit. Parler le français, cette langue, qui lui permet d’exprimer une sensibilité différente d’avec le russe, et qu’il ne partage qu’avec sa grand-mère et sa soeur, le remplit également de fierté. La conscience de son appartenance à une double culture russe et française donne au jeune homme, le sentiment aigu de sa différence d’avec ses camarades; c’est à la fois une richesse et un isolement. 

La force d’évocation du roman nait également de la présence obsédante de la steppe russe et de la peinture des sensations par l’auteur: le tremblement de la steppe, son souffle odorant, la pureté de l’air, le balcon suspendu au dessus de la steppe,… La langue d’Andreï Makine, cristalline, peut parfois rappeler celle de Marcel Proust par sa beauté, sa sensibilité, son élégance.

Andreï Makine évoque aussi la solitude de cette française cultivée et généreuse, veuve, perdue dans l’immensité russe, mais respectée de ses voisins et participant à la vie de sa ville. Mariée à un russe qu’elle aimait, elle a connu la seconde guerre mondiale, les horreurs et les déportations staliniennes.  Le jeune narrateur comprend ce que parler français avec ses petits-enfants, représente pour elle, car ils sont les seuls avec lesquels elle peut s’exprimer dans sa langue maternelle.

C’est émouvant pour un lecteur français de savoir que quelque part dans le monde,  un jeune russe rêvait passionnément de la France. Que la France lui apparaissait comme un pays merveilleusement civilisé, pays à la fois de rationalité et de sophistication.