L’ENFANT des LUMIERES un roman de Françoise Chandernagor

Roman publié en 1995

Cherchant un livre à lire, j’ai choisi de relire « L’Enfant des Lumières », un roman de Françoise Chandernagor que j’avais bien aimé, il y a longtemps… Françoise Chandernagor est l’inoubliable auteur de « L’Allée du Roi », sublimes mémoires imaginaires de la Marquise de Maintenon.

« L’Enfant des Lumières » est un roman historique qui se situe pendant la deuxième moitié du 18ème siècle.

Roman d’apprentissage, il raconte l’éducation du jeune Alexis, par sa mère, la comtesse de Breyves, repartie vivre sur ses terres dans la province de la Marche, actuel département de la Creuse, après le suicide de son mari, ruiné. Celui-ci s’est ruiné parce qu’il a fait confiance à des financiers qui l’ont abusé et est resté fidèle à une conception désuète de l’honneur.

La mère et le fils ont des personnalités aux antipodes l’une de l’autre. La Comtesse de Breyves, est une femme de conviction, très droite, entière, qui méprise l’argent et le paraître. Elle ne cherche pas à plaire ni à séduire. Son fils Alexis, au contraire, est parfaitement à l’aise avec la société de ses semblables quels qu’ils soient et sans distinction de classe. Il sait se faire aimer de chacun, s’accommode d’arrangements avec la vérité et comprend très jeune comment gagner de l’argent. La comtesse veut inculquer à son fils les principes d’intégrité morale et de rigueur qu’elle estime indispensables pour l’aider à diriger sa future vie d’adulte. En même temps, elle comprend qu’elle ne doit pas aller à l’encontre de la personnalité de son fils, qui si naturellement adapté à la société qui l’entoure, sera mieux armé que son père, pour affronter les mensonges des hommes.

L’action des personnages est solidement ancrée dans la société française des années précédant la révolution: son organisation sociale, son mode de vie, sa façon de penser, le bouillonnement des idées… Au travers du récit, nous découvrons la noblesse parisienne séduite par les idées des « Lumières » sans imaginer qu’elle sera un jour balayée par les événements que ces idées auront suscités; la noblesse pauvre qui vit difficilement du revenu de ses terres et a perdu une grande partie de son influence auprès de la population locale; les paysans qui n’en peuvent plus de l’injustice de la société dans laquelle ils vivent mais dont certains réussissent à s’enrichir…

L’affairisme financier du siècle, le rôle du banquier Necker, l’endettement de l’Etat et les expédients utilisés par ce dernier pour se financer, servent de toile de fond au récit. L’auteur montre également la contrebande intense du sel qui a lieu entre la province de la Marche, non assujettie à la Gabelle, impôt sur le sel, et le Berry, province limitrophe, assujettie, elle, à la Gabelle. Le commerce des esclaves et les plantations de canne à sucre dans les Antilles font également partie de l’histoire des personnages du roman.

Vous aurez compris qu’il s’agit d’un roman très riche et plein d’érudition comme sait les écrire Françoise Chandernagor. Mais pas seulement. Françoise Chandernagor, sait également trouver les mots pour raconter l’amour entre une mère et son fils, singulièrement dans les dernières pages du roman qui sont bouleversantes.